Découvrir le goéland argenté

Les populations de goélands argentés, ou Larus argentatus, sont nombreuses au Québec ainsi que dans le reste du Canada. Son plumage gris qui se découpe sur le blanc de son corps le distingue. C’est aussi à son bec jaune dont l’extrémité arbore un point rouge qu’on reconnaît cette espèce. Les spécimens juvéniles voient leurs couleurs varier d’une année à l’autre, n’acquérant leur plumage adulte qu’après 4 ans.

Le mode de vie du goéland argenté

Habitat :

Les goélands argentés migrent en groupe vers des climats plus tempérés pendant la saison hivernale, soit de novembre à mars. Le reste de l’année, les colonies de cette espèce s’installent à proximité des sources de nourriture. C’est pourquoi il n’est pas rare de les apercevoir en milieu urbain, dans les champs, les dépotoirs, sur les terrains de golf et dans les parcs, sur les îles, les falaises ou sur les toitures. Parfaitement adapté aux agglomérations urbaines, le goéland niche sur le toit des édifices, à l’abri des prédateurs. Dès qu’une colonie est bien établie à un endroit, elle y reviendra chaque printemps pour la nidification. Le goéland peut ainsi revenir nidifier au même emplacement pour une période s’étalant de 10 à 20 ans.

Alimentation :

Omnivore, le goéland argenté a la capacité de régurgiter la nourriture qu’il ne peut digérer. Les individus de cette espèce s’agglutinent aux endroits où ils sont susceptibles de récupérer des restes de nourriture laissés par les humains.

Reproduction :

Vers la mi-mars, au retour de leur périple migratoire, les goélands argentés retrouvent leur site de nidification habituel. En couple, ils y construisent un nouveau nid ou améliorent un nid existant. La femelle goéland a généralement une couvée de 3 œufs par année. La ponte a lieu vers la mi-mai et la période d’incubation dure habituellement de 26 à 28 jours.

Les risques associés au goéland argenté

Les goélands envahissent les milieux urbains et les parcs industriels et causent leur lot de désagréments, une colonie pouvant facilement atteindre 5 000 individus. Leur présence sur les toitures peut entraîner de nombreux problèmes : contamination par les fientes porteuses de maladies, dégradation de la membrane du toit ou encore blocage des drains. Protégée par la loi concernant les oiseaux migrateurs, cette espèce ne peut être contrôlée que par des professionnels accrédités. L’équipe de Solution Oiseaux possède l’expertise pour contrôler efficacement les colonies de goélands nuisibles.
Call Now Button